L' asthme et la BPCO

  • L’asthme

 

L’asthme est une maladie chronique qui touche les enfants et les adultes. Les bronches, qui amènent l'air dans les poumons et dont les parois contiennent une couche musculaire, se rétrécissent à cause de phénomènes inflammatoires et allergiques . Cela provoque des symptômes tels que toux, sifflements dans la poitrine, et essoufflement. De nombreux facteurs peuvent aggraver les symptômes de l’asthme, comme l'exposition à des allergènes, des infections virales (rhumes), l'exposition à des poussières, à des fumées, à des pics de pollution, etc.

 

L’asthme est souvent sous-diagnostiqué et insuffisamment traité. En 2019, on estime que 262 millions de personnes souffraient d’asthme dans le monde*.

 

On ne peut pas guérir de l’asthme, mais une bonne prise en charge avec des médicaments par inhalation permet, dans la très grande majorité des cas, de maîtriser la maladie, de revenir à une fonction respiratoire normale, et d'obtenir une qualité de vie normale. Ces médicaments inhalés appartiennent à deux familles : les bronchodilatateurs, qui font se relâcher la couche musculaire des bronches et leur permettent de s'ouvrir, soulageant ainsi les symptômes ; et les corticoides, qui réduisent l’inflammation des voies aériennes et stabilisent la maladie. 

 

Le traitement de l'asthme permet de réduire les symptômes de la maladie, de diminuer le risque de crise d'asthme sévère et d'exacerbation, et le risque de décès. En fonction de la fréquence des symptômes et de la sévérité de la maladie, les personnes qui souffrent d’asthme ont parfois besoin d’utiliser un ou plusieurs inhalateurs tous les jours.

* Source : Organisation Mondiale de la santé

  • La BPCO (BronchoPneumopathie Chronique Obstructive) 

 

La BPCO est une maladie respiratoire chronique extrêmement fréquente, qui est dans l'immense majorité des cas la conséquence du tabagisme. Elle touche les bronches et les poumons, qui sont l'objet de lésions inflammatoires (on parle parfois de "bronchite chronique") et de lésions destructives (on utilise parfois le mot "emphysème"). C'est la troisième cause de mortalité dans le monde avec 3,23 millions de décès en 2019*.

 

Les symptômes de la BPCO, peuvent apparaître dès la quarantaine. Ils associent toux chronique, crachats, et surtout essoufflement, pour des efforts de moins en moins importants, jusqu'à constituer un véritable handicap.

Comme dans le cas de l'asthme, on ne peut pas guérir de la BPCO, et on ne peut malheureusement pas restaurer la fonction respiratoire perdue. L'arrêt du tabac est le pivot de la prise en charge de la maladie, seule mesure permettant d'arrêter la détérioration pulmonaire.

 

Les médicaments par inhalation permettent de diminuer l'essoufflement et de diminuer la fréquence des exacerbations, et ainsi améliorer la qualité de vie des patients. On utilise des bronchodilatateurs, de courte ou de longue durée d'action, et des associations "fixes" de bronchodilatateurs et de corticoïdes. Les patients atteints de BPCO doivent prendre des traitements de fond tous les jours, et parfois des doses supplémentaires de bronchodilatateurs pour soulager les crises d'esoufflement.

 

L'asthme et la BPCO peuvent parfois coexister. 

* Source : Organisation Mondiale de la Santé